Bangui: un 2ème contingent de militaires congolais arrive


Par journaldebangui.com et autres médias – 16/09/2013

Placé sous le commandement du capitaine Ange Wilfried Aboni Angoya, ce continent rejoint un autre de 150 éléments qui a quitté Brazzaville le 27 juillet dernier

 

Un contingent de 200 éléments des Forces armées congolaises (FAC) s’est envolé dimanche de Brazzaville au Congo pour Bangui, capitale de la République centrafricaine (RCA), où il participera à la Mission de consolidation de la paix en Afrique centrale (MICOPAX). Composée des soldats des Etats membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC), la MICOPAX sera bientôt transformée en mission de l’Union africaine (UA). Peu avant le départ du continent congolais, le chef d’état- major des FAC le général de division, Guy Blanchard Okoï, a insisté sur la bonne tenue de la troupe en terre centrafricaine. “Le gouvernement de la République a mis à votre disposition les ressources et les matériels pour que cette mission soit bien accomplie. Ainsi donc, nous comptons sur vous pour que votre comportement soir exemplaire, notamment dans le cadre de la compétence, la discipline, l’éthique et la cohésion“, a-t-il déclaré.

 

 
© africadefensejournal.com 
Des éléments de la gendarmerie congolaise (Brazzaville)

Ce deuxième contingent congolais s’est envolé pour Bangui en compagnie des véhicules d’intervention et de transport des troupes. Placée sous le commandement du capitaine Ange Wilfried Aboni Angoya, ce continent rejoint un autre de 150 personnes qui a quitté Brazzaville le 27 juillet dernier. Le chef d’état-major des FAC a rappelé à la troupe son devoir de participer à la consolidation du climat de paix en terre centrafricaine. “Vous êtes les ambassadeurs de la paix et non les ambassadeurs du malheur. Ayez le sens de l’humain, n’ajoutant pas le malheur au malheur. Tout contrevenant sera sévèrement sanctionné. Le Congo attache du prix à l’aide à accorder au peuple centrafricain, à la Centrafrique en pleine difficulté sécuritaire et humanitaire“, a-t- il dit.

Vers une force de 3500 soldats
Ce week-end des experts militaires et des diplomates étaient réunis à Libreville pour préparer des recommandations qui seront soumises ce lundi aux ministres de la Défense de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale qui regroupe 10 pays. “Il faut rapidement mettre la Misca en place à Bangui!“, c’est ce message que Guy-Pierre Garcia secrétaire général adjoint de la CEEAC a martelé à l’ouverture de la concertation de Libreville. En effet les habitants de Bangui et dans le reste du pays continuent de se plaindre de l’insécurité. Et l’annonce vendredi par le président Michel Djotodia, de la dissolution de la coalition des ex-rebelles, Seleka, dont des éléments sont accusés d’exécutions sommaires, de viols et cambriolages, a suscité des interrogations sur les moyens de la faire appliquer.

Les chefs d’Etat de la CEEAC avaient décidé cette année de ramener les effectifs de la MICOPAX à 2.000 hommes afin de permettre à la force régionale de mieux accomplir sa mission de paix en RCA. Le Congo dispose également de quelque 150 éléments de police et de gendarmerie postés à Bangui dans le cadre de l’unité de police constituée. Fin juillet le président Pierre Nkurunziza avait déclaré que 500 soldats burundais étaient prêts à partir dans le cadre d’une force de maintien de la paix en Centrafrique. Le président Sassou Nguesso est médiateur dans la crise centrafricaine. Brazzaville a accueilli début mai la première réunion du Groupe de contact international sur la Centrafrique.

Advertisements