La CEEAC s’invite à Libreville pour une sortie de crise en Centrafrique, Brazzaville déploie un contingent supplémentaire


 

 

La CEEAC s’invite à Libreville pour une sortie de crise en  Centrafrique, Brazzaville déploie un contingent supplémentaire

Les experts des pays membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) se séparent ce lundi 16 septembre 2013 à Libreville au Gabon à l’issu des travaux de la 5ème  réunion extraordinaire du conseil des ministres de paix et de sécurité de l’Afrique centrale (COPAX) sur la crise en Centrafrique. Ces experts ont examiné de nombreuses questions dans l’objectif de trouver des solutions durables à la situation politique et militaire que traverse la République Centrafricaine. Ils doivent remettre les recommandations desdits travaux aux ministres de la Défense de la région, qui se retrouvent ce même lundi dans la capitale gabonaise.
Les experts ont planché sur l’implication de l’Union africaine (UA) dans cette mission de paix. L’UA veut transformer la Force multinationale de l’Afrique centrale (FOMAC) en une Mission  internationale de soutien au Centrafrique (MISCA). Libreville a été le lieu pour les experts d’étudier les propositions de l’UA sur le mandat d’engagement de la force, les sources de financements et le commandement de la MISCA.
Mais déjà le Secrétaire-général adjoint de la CEEAC, Guy-Pierre Garcia, a annoncé que ces experts se sont réunis afin d’étudier les propositions de l’Union Africaine (UA) en vue d’accélérer le déploiement de la MISCA. «Il faut rapidement mettre la MISCA en place à Bangui», a-t-il déclaré à l’ouverture de cette concertation d’experts.
L’augmentation des effectifs de la FOMAC, la force de paix de la région en Centrafrique est le principal sujet à l’ordre du jour de la rencontre de Libreville. Il s’agissait de faire des propositions aux ministres pour le renforcement des troupes en RCA qui sont actuellement à 1400 hommes. L’ambition est d’augmenter ces effectifs à 2000 hommes voir plus.
En vue d’assurer la sécurité en Centrafrique, dimanche 15 septembre, un contingent composé de deux cent (200) éléments des Forces armées congolaises (FAC) a quitté Brazzaville pour Bangui, capitale de la République centrafricaine (RCA). Ces éléments viennent participer à la Mission de consolidation de la paix en Afrique centrale (MICOPAX). Peu avant leur embarcation pour Bangui, le chef d’Etat-major des FAC, le général de division, Guy Blanchard Okoï, les a exhortés à adopter un comportement exemplaire, notamment dans le cadre de la compétence, la discipline, l’éthique et la cohésion. 
Ce deuxième contingent congolais s’est envolé pour Bangui en compagnie des véhicules d’intervention et de transport des troupes. Placée sous le commandement du capitaine Ange Wilfried Aboni Angoya, le contingent vient rejoindre les cent cinquante (150) éléments qui ont intégré la MICOPAX déjà sur le terrain au mois juillet 2013.  
Le Congo dispose également de quelque 150 éléments de police et de gendarmerie postés à Bangui dans le cadre de l’unité de police constituée.

Advertisements