Centrafrique : un chef de guerre de la RCA arrêté


Le JourPublié par + Sep 19th, 2013 et classé dans AfriqueCentrafriqueMonde. Suivre toutes les réponses pour cet article par le flux RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse via le formulaire ci-dessous ou par un trackback de cet article sur votre site

centrafrique

Abdoulaye Miskine, spécialisé dans l’organisation des rébellions, a été conduit de Bertoua à Yaoundé sous forte escorte.

Le chef rebelle centrafricain Abdoulaye Miskine a été interpellé au petit matin du 16 septembre 2013 dans sa chambre d’hôtel à Bertoua. Selon des sources policières bien introduites, ce spécialiste en organisation des rébellions a séjourné à Douala, puis s’est rendu à Bertoua où il a passé 20  jours, avant son interpellation à l’hôtel de Paris situé au quartier Tigaza.

Selon toujours des sources policières, il est reproché à ce chef de guerre une tentative de monter une rébellion dans la région de l’Est du Cameroun. Après son interpellation, il a été conduit à Yaoundé sous une forte escorte policière dirigée par le délégué régional à la Sûreté nationale de l’Est, le commandant de la surveillance du territoire, le commissaire central de Bertoua, appuyés par un fort dispositif des Equipes spéciales d’interventions rapides (Esir).

Le spécialiste des rébellions séjourne en ce moment à Yaoundé. Son exploitation par les autorités camerounaises permettra d’en savoir plus sur les mobiles de son séjour à Bertoua. Déjà, un haut gradé de la police à Bertoua a confié qu’Abdoulaye Miskine n’a pas répondu aux questions qui lui ont été posées sur son rôle dans le soulèvement des miliciens centrafricains qui ont infiltré les camps de réfugiés centrafricains basés dans l’arrondissement de Garoua Boulaï, au Cameroun.

Ils avaient tenté de marcher sur Bertoua, pour revendiquer, disaient-ils, de meilleures écoles pour leurs enfants. L’avancée avait été stoppée au village Boroko, le 28 août dernier, par l’armée camerounaise.

Abdoulaye Miskine a été très proche de Michel Djotodia, l’actuel chef de l’Etat centrafricain. C’était à l’époque de la naissance de la rébellion Seleka. A la suite de divergences avec Michel Djotodia, Abdoulaye Miskine avait quitté les rangs de la Seleka qui le traque d’ailleurs aujourd’hui. L’ancien allié du pouvoir de Bangui est aussi recherché au Soudan et au Tchad pour son implication dans l’organisation des rébellions.

Advertisements